Interview #15 – Eglantine et son rapport au vêtement

Nous partons régulièrement à la rencontre de femmes inspirantes. Aujourd’hui, c’est une rencontre un peu particulière que je vous propose, puisque je voulais inviter une de mes clientes à venir parler sur le blog 🥰
Eglantine achète chez Minabulle depuis quelques années. Et comme cela m’arrive fréquemment avec mes clientes, nous avons tissé un lien qui va bien au-delà de l’acte marchand. Nous avons pas mal échangé autour du principe de garde-robe minimaliste, de son rapport au vêtement, de sa consommation raisonnée de la mode.
Eglantine aborde régulièrement ce sujet sur son compte Instagram. J’adore la lire, je me retrouve souvent dans ses réflexions.

 

Parle-nous de toi en quelques mots: qui es-tu? Combien as-tu d’enfants? Quelle est ton activité?

Je m’appelle Eglantine, je suis née fin des années 80 et j’ai deux enfants : Mia qui aura bientôt 5 ans et Lino, 3 ans déjà !

Depuis l’adolescence, je me passionne pour le vêtement, son histoire, sa fabrication même si… je déteste coudre. Ce que je sais faire ? En parler ! Je me suis donc orientée vers des études de communication et j’ai travaillé plusieurs année comme attachée de presse avant de prendre un virage à 180° pour devenir enseignante.

L’écriture tient une grande place dans ma vie et c’est désormais sur Instagram que je partage mes lectures, mes réflexions et mes questionnements à propos du corps et de la mode durable principalement.

 

consommation raisonnée mode éthique

 

Quelle est la première chose que tu fais en te levant le matin?

J’entrouvre la fenêtre pour laisser entrer l’air frais. Sinon, le weekend, j’adore lire au lit même si, avec deux enfants très très excités, ce n’est pas évident. La semaine, c’est plutôt speed mais je m’accorde quelques minutes pour prendre soin de ma peau, me maquiller légèrement et… choisir ma tenue !

 

Je te suis sur Instagram depuis quelques temps maintenant, et j’aime énormément ce que tu y partages: tant au niveau de tes lectures que de ton rapport au vêtement. Et j’adore lire ton analyse de la relation que tu portes à l’objet “vêtement” ainsi qu’à ta garde-robe.
Peux-tu nous en dire plus?

Ah, le vêtement ! Adolescente, j’ai compris à quel point nous pouvions nous transformer grâce au vêtement. J’étais une enfant maigrichonne, discrète. À 16 ans, j’ai décidé que j’en avais assez de passer inaperçu et ma révolution est passée par le vêtement.

Depuis, la relation que j’entretiens avec cet objet particulier a beaucoup évolué. D’abord, j’ai consommé avec frénésie : j’achetais beaucoup, en fast fashion et, bien sûr, je n’avais jamais rien à me mettre. Puis, au fil de mes rencontres avec des créateur.ice.s et de mes lectures, j’ai modifié ma façon de consommer. Aujourd’hui, je privilégie la seconde-main et les marques transparentes qui proposent une mode responsable.

 

consommation raisonnée vêtements

Comment consommes-tu la mode? Comment te positionnes-tu là dedans? 

Comme je l’ai dit, j’aime beaucoup le vêtement. Je ne suis pas minimaliste, ni même raisonnable : j’achète régulièrement et cela représente un budget important. Mais… mes achats sont raisonnés : j’analyse mon désir pour éviter les achats impulsifs ou d’influence, je choisis avec attention et, surtout, j’essaye de porter tout ce que je possède.

J’ajouterais également que j’ai renoncé à définir un style car, ce que j’aime dans le vêtement, c’est la possibilité qu’il nous offre de nous transformer. J’aime m’habiller pour (me) raconter des histoires. Un jour, je m’habille comme une héroïne de Jane Austen et, un autre, j’adopte une tenue boyish.

 

Quels sont tes derniers coups de cœur comme vêtement ou comme marque, et pourquoi?

J’aime de plus en plus les marques qui, au lieu de proposer des collections éphémères que l’on s’empresse d’acheter, perfectionnent leurs modèles et commercialisent des indémodables sur un système de précommande ou de stocks limités. Réuni, Les Sublimes et Mister K incarnent parfaitement ce modèle. J’aime aussi la mode fun et colorée de Make my lemonade. Depuis un an et demi, j’ai aussi retrouvé le plaisir de porter des boucles d’oreille volumineuses grâce aux créations légère de Laëtitia – L’atelier Marcel.achat raisonné mode ethique

Comment choisis-tu tes vêtements? As-tu des critères définis (notamment éthiques peut-être)?

Plusieurs critères entrent en compte lorsque j’achète un vêtement. Le premier est esthétique : j’achète avant tout un vêtement parce qu’il me plait. Je dois à la fois le trouver beau et pouvoir le porter au quotidien. Je porte donc une attention particulière aux coupes et aux matières – que je préfère naturelles.

Lorsque j’achète neuf, je privilégie les marques engagées et transparentes qui communiquent ouvertement sur leurs matières et les conditions de production de leurs vêtements.

J’achète aussi énormément en seconde-main ; c’est devenu mon premier réflexe : vérifier si un vêtement n’est pas disponible sur Vinted. Et, pour cela, je compte sur mon excellente mémoire « fringuesque » 

 

 

 

achat raisonné vêtement ethique

 

Tu es cliente chez Minabulle depuis pas mal d’années maintenant, et comme avec pas mal de clientes, nous avons fini par échanger (notamment autour de la garde-robe minimaliste) et sympathiser 🙂  Peux-tu me dire ce que tu aimes chez Minabulle et pourquoi?

J’ai découvert Minabulle grâce à Florence – J’aurais pu m’appeler Marcel – et je me souviens que l’univers poétique de ta marque m’a tout de suite plu. Puis, en me rendant sur le site, j’ai découvert tes engagements : des matières naturelles et bio, une gamme restreinte et mixte et de beaux imprimés.
En te suivant sur Instagram, j’ai aussi compris que, derrière ta marque, tu proposais une vrai réflexion sur la mode et des outils pour accompagner les parents vers une garde-robe minimaliste, plus juste. Et ça, ça me parle !

De plus, les vêtements Minabulle que j’ai acheté pour ma fille ont désormais été transmis à mon fils : ils ont plusieurs années et sont toujours aussi beaux. La preuve que des vêtements bien conçu, même avec des enfants aventuriers et casse-cou, peuvent tenir le coup !

 

consommation raisonnée mode

 

Tu avais suivi mon défi “garde-robe minimaliste” l’année dernière je crois: qu’en avais tu retiré?

D’abord, je trouve ça vraiment chouette que tu crées des outils et que tu les mettes ensuite à la disposition de tous.tes !

Grâce à toi, j’avais fait le compte de toutes mes fringues et je m’étais concentrée sur les couleurs et les matières qui composent ma garde-robe.

Puis, j’avais abordé le tri d’une façon nouvelle, avec un autre regard. Ainsi, j’avais retiré des vêtements que je trouve beaux mais que je ne porte jamais parce je les trouve, d’une façon ou d’une autre, inconfortables – trop serrés, trop courts… J’avais aussi éliminé certains vêtements que j’ai acheté « sous influence » et qui, finalement, ne correspondent pas à mon style de vie.

Si vous avez envie de faire évoluer votre rapport au vêtement, je vous conseille :

et les comptes instagram de Anne (Anne_dressingideal), Fanny (The_Greenimalist), Céline (iznowggod_) et celui de Thegoodgoods.fr.

 

J’espère que cette rencontre vous aura plu! J’aime beaucoup la vision du vêtement aux yeux d’Eglantine et sa façon réfléchie de consommer la mode.
Vous pouvez suivre et lire Eglantine sur son compte Instagram, je vous le conseille vivement, c’est très inspirant!
Si vous aussi vous souhaitez vous lancer dans le défi “Garde-robe Minimaliste”, afin de vous faire accompagner en 4 étapes faciles pour mettre en place une garde-robe qui vous correspond et qui est plus réfléchie, n’hésitez pas à vous inscrire!

 

signature Emilie Minabulle

 

Cet article vous a plu?
📌 Épinglez-le sur Pinterest pour le retrouver plus tard!

achat raisonné      achat raisonné mode ethique

consommation raisonnée mode

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EnglishFrench