Interview *9* Fanny de Pouce et Lina

2019 est arrivé, vous avez prit de bonnes résolutions ? Nous on a décidé de continuer et multiplier nos rencontres avec des mamans entrepreneuses au top ! Vous aimez ?

Aujourd’hui nous rencontrons Fanny, la créatrice de la marque Pouce et Lina

Parle-nous de toi en quelques mots: qui es-tu? Combien as-tu d’enfants? Quelle est ton activité?

J’ai 49 ans, j’habite dans la Sarthe depuis 13 ans dans un petit village dans la campagne j’ai 4 enfants entre 11 et 25 ans. Les 3 grands volent de leurs propres ailes maintenant . Je suis la fondatrice et gérante de POUCE ET LINA une entreprise spécialisée dans la fabrication de jouets et accessoires enfants. L’aventure a commencé il y a 8 ans ; la petite activité du début en auto-entreprise s’est développée pour devenir une société spécialiste du mobile musical Made in France. L’entreprise compte désormais 1 salariée et 1 apprentie en production, 1 couturière freelance qui consacre la moitié de son activité à Pouce et Lina qui habite dans le village voisin. On s’appuie aussi sur le savoir-faire de deux ateliers de confection en Bretagne et en Loire atlantique, ainsi qu’une agence de communication visuelle au Mans qui a en charge toute l’identité visuelle de Pouce et Lina. Ma fille ainée a aussi rejoint l’équipe en tant que community manager free lance.

Quelle est la première chose que tu fais en te levant le matin?

Je prépare une grande théière de thé qui va durer à peine la matinée, il y en aura 2 autres dans la journée. 

Travailles-tu de chez toi ou dans un bureau, atelier ou coworking ?

Les locaux de Pouce et Lina font partie de notre maison. J’ai transformé une grande pièce de 35 m2 en atelier, et depuis 2 ans on a aussi transformé le garage en bureau et salle de déjeuner, et une partie de la grange attenante pour faire une réserve, une kitchenette et des toilettes. Mais on recommence à être à l’étroit, c’est plutôt bon signe !

interview Fanny Pouce et Lina mécaniciennes

As-tu une journée type ? Si non, comment organises-tu ton travail ?

Je démarre vers 8h30 avec les mails, les facturations des commandes de la veille, les réponses aux messages Instagram, Facebook… Je fais le point avec l’équipe sur l’état des commandes en cours, la production de la journée, et j’enchaîne sur le reste de la gestion quotidienne de l’entreprise, suivi financier, relance commerciale, marketing, ou préparation des salons, des nouveautés, mises au point des protos. Je mange sur le pouce devant mon ordi et j’enchaîne comme ça jusqu’à 20h . Après il y a des journées où je profite de rendez-vous sur Le Mans pour faire une vraie pause le midi en déjeunant avec des copines.

Qu’a changé le fait de devenir mère-entrepreneuse dans ton quotidien, comment équilibres-tu vie de famille, vie amoureuse et vie professionnelle ? Est-ce que l’envie d’entreprendre t’es venue en même temps que la maternité, ou avant/après?

Je me suis consacrée à ma famille pendant plus de 15 ans avant de créer Pouce et Lina alors j’avoue que je me suis plongée dans l’entrepreneuriat avec avidité , donc je ne suis pas sûre de bien équilibrer les choses entre la famille et travail . D’un autre côté comme je travaillais sur place ma petite dernière à pouvoir profiter de ma présence et de l’effervescence de l’atelier, elle a beaucoup joué à mes côtés et grandit au milieu des rouleaux de tissus et de tous les jouets qui naissaient dans l’atelier. Elle a participé à sa manière à l’aventure , et mes grands aussi ont tous eu l’occasion de travailler à mes côtés. Ces dernières années avec juste ma fille cadette à la maison et un mari qui s’est révélé sur le tard être un cuisinier averti, le fait de travailler beaucoup ne pose pas vraiment de problème, et c’est aussi plus facile de s’arrêter régulièrement car je peux compter sur Aurore qui travaille à mes côtés depuis 3 ans, et qui peut gérer quand je suis absente. Donc j’organise pas mal de petits breaks avec mon mari et notre fille Agathe, pas trop long 2 ou 3 jours mais le plus souvent possible.

Si tu te lançais aujourd’hui, quelles sont les erreurs que tu ne ferais plus ? Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à celles qui n’osent pas se lancer ?

Je pense que toutes les erreurs font partie de l’aventure, il faut tester et souvent se tromper pour savoir quelle est la bonne décision à prendre  , la bonne voie à suivre. Le premier conseil serait de ne pas compter ses heures , je suis persuadée de par mon expérience et celle des cheffes d’entreprise que j’ai rencontré que la réussite est fortement liée au temps que l’on peut y consacrer, ce n’est évidemment pas suffisant, mais primordial car avant de pouvoir déléguer on doit pouvoir supporter toutes les casquettes et forcément c’est chronophage. Et deuxième chose il faut apprendre, se former, ne pas partir du principe que parce qu’on maitrise son  domaine comme par exemple la couture ou la photo, c’est suffisant . Sans compétences pour la gestion financière par exemple je ne suis pas sûre qu’on puisse pérenniser une activité.

T’arrive-t’il de douter? De toi-même, de ton travail… Qu’est-ce qui te remotive ?

Le doute s’installe de moins en moins avec le temps. Quand la reconnaissance commence à arriver tout est facilité, les clients, les banques où les collaborateurs nous font confiance et c’est très motivant !

À ton avis, quelles qualités sont nécessaires, pour se lancer dans l’entrepreneuriat ?

Ne pas avoir peur des échecs , être volontaire , aimer les défis , être optimiste ! 

interview Fanny Pouce et Lina mobile lama

Quelle est la remarque la plus clichée qu’on t’ai faite sur le fait d’être maman et à la tête d’une entreprise ? Est-ce facile aujourd’hui pour une femme, une mère d’entreprendre? À ton avis, y a-t-il encore une image négative des mamans qui font le choix d’entreprendre ?

Quand on démarre son activité après avoir eu des enfants on est pas prise  au sérieux. Et alors d’autant plus si votre activité est dans le secteur de la mode, de l’enfance ou  de la déco. Pas mal de personnes ont considéré que je « m’occupais » quand je me suis déclarée en auto-entrepreneur. Évidemment je ne répondais pas car je n’étais pas du tout sûre de ce que je faisais mais dans un coin de ma tête ce que je voulais c’est vraiment créer mon propre job, et  c’est ce qui est arrivé !

Es-tu sensible à la mode, pour toi, pour ton/tes enfant/s ? Comment consommes-tu en matière de mode ?

J’aime suivre les tendances de la mode mais   je suis très difficile  et en plus je suis sensible à la qualité des finitions ou des tissus donc je ne consomme pas tant que ça. Mais j’ai un faible pour les manteaux ,là j’avoue que j’ai du mal à être raisonnable .Pour ma petite dernière je craquais  facilement mais  maintenant à 11 ans elle a des idées très précises qui tournent autour du jean teeshirt 😉

interview Fanny Pouce et Lina la créatrice en salon

Qu’est-ce qui t’inspire pour ton travail?

Les imprimés !  ils sont souvent à la base de la création de nouveaux produits . Et bien sûr le règne animal , je travaille à partir de photos d’animaux.

Et enfin, donne nous ton dernier coup de coeur provoqué par une femme: une artiste, une écrivaine, une réalisatrice… La dernière femme qui t’a inspiré?

J’ai découvert récemment les les photographies de Dorothea lange connu pour ses travaux réalisés pendant la grande dépression aux États-Unis dans les années 30. Il y a une expo à Paris en ce moment mais je n’ai pas eu le temps d’y aller. Le témoignage poignant d’une époque pas si révolue que ça.

Cette rencontre vous a plu ? N’hésitez pas à poser vos questions !

Pour suivre le travail de Fanny rendez-vous sur le site Pouce et Lina , Instagram, Facebook.

A très vite,

Article écrit par L'équipe Minabulle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EnglishFrench