Interview *5* Nolwen, graphiste blogueuse

C’est un plaisir de vous retrouver pour une nouvelle interview ! Aujourd’hui nous vous retrouvons dans l’atelier de Nolwen, maman, entrepreneuse, blogueuse…

Une femme inspirée que l’on a envie de découvrir et qui nous partage un bout de son quotidien. C’est parti ?  Interview de Nolwen de HELLO NOBO par Minabulle © emma pellet

  • Parle-nous de toi en quelques mots: qui es-tu? Combien as-tu d’enfants? Quelle est ton activité?

Je m’appelle Nolwen, j’ai 30 ans. Je suis la maman d’un petit Gaspard qui a 3 ans. Je suis graphiste, auteur du blog Hello Nobo. Je crée principalement des identités visuelles et des motifs. En ce moment, je développe aussi des créations en teinture végétale.
  • Quelle est la première chose que tu fais en te levant le matin?
En général, je me fais réveiller par mon fils, donc c’est gros câlin avant d’enchaîner avec la préparation pour aller à l’école. J’aimerais me réveiller un peu avant pour avoir le temps de m’étirer, d’écrire mes intentions pour la journée ou simplement de bouquiner un peu au réveil, mais pour l’instant je privilégie mon sommeil !
  • Travailles-tu de chez toi ou dans un bureau, atelier ou coworking ?
J’ai commencé par travailler chez moi et j’adorais ça, mais je manquais de place pour la teinture végétale. Depuis février, je loue un atelier dans un espace de coworking, et c’est le parfait compromis : je peux être au calme dans mon atelier, ce qui convient parfaitement à mon côté indépendant, mais dès que j’en sors je croise toujours un coworkeur avec qui échanger pour mon plus grand plaisir.

Interview de Nolwen de HELLO NOBO par Minabulle © emma pellet

  •  As-tu une journée type ? Si non, comment organises-tu ton travail ?
Ma journée type a beaucoup changé au cours de mon activité : quand j’ai commencé, j’étais salariée à temps plein, mon fils venait de naître, j’étais en plein achat d’une maison, donc je ne sais même pas comment je faisais pour tout faire entrer dans une semaine… Je profitais surtout des vendredis après-midi où je ne travaillais pas en tant que salariée et des siestes de mon fils le we.  En septembre dernier, j’ai quitté ce travail pour me consacrer à mon entreprise, mais je gardais toujours Gaspard les jeudis et vendredis. Idem, les siestes m’ont bien sauvé pour tout faire, j’ai la chance d’avoir un bon dormeur ! Depuis février, je travaille à temps plein. Ça m’a permis de pouvoir être à 100% présente pour mes clientes tout au long de la semaine, mais j’avais toujours du mal à me dégager du temps pour mon blog, mes réseaux sociaux, et mes autres projets pro dont la teinture végétale.  Pour cette rentrée, j’ai prévu une nouvelle organisation pour réussir à tout faire : je vais consacrer mes après-midi à mes clients, et mes matinées à tout ce qui touche à mon entreprise : mail, blog, réseaux sociaux, administratif, mais aussi mes autres projets comme la teinture végétale ou la création d’un cours. Je compte faire des semaines « à thème » pour ces matinées, avec par exemple une semaine consacrée à la rédaction et mise en forme des articles de blog, une autre à la teinture, une autre encore à la rédaction de mon cours… L’idée étant d’être plus productive en me consacrant à une seule chose à la fois. Interview de Nolwen de HELLO NOBO par Minabulle graphisme
  • Qu’a changé le fait de devenir mère-entrepreneuse dans ton quotidien, comment équilibres-tu vie de famille, vie amoureuse et vie professionnelle ? Est-ce que l’envie d’entreprendre t’es venue en même temps que la maternité, ou avant/après?
L’envie d’entreprendre m’est venu avant ma maternité, mais ma grossesse a complètement amplifié cette envie. Je me suis trouvée plus créative pendant ces 9 mois. J’avais également envie d’être libre de mon organisation après sa naissance pour pouvoir être présente, ce qui était un argument de plus en faveur de l’entreprenariat. C’est d’ailleurs le cas, j’ai par exemple le luxe de pouvoir l’accompagner dans sa première rentrée en ne le mettant que le matin à l’école la première semaine, chose que je n’aurais pas pu faire si j’étais salariée. Bref, ma grossesse a été un accélérateur, j’ai tout mis en place pour lancer mon entreprise à partir du moment où j’ai été enceinte.  Je trouve que le fait d’être entrepreneur me facilite le quotidien. Certes, on travaille plus, mais la flexibilité qu’on gagne est un vrai plus en tant que maman. Quand j’étais salariée, j’avais des horaires stricts à respecter, et si mon enfant était malade, c’était assez mal vu de rester le garder. C’est aussi plus facile de prendre des rendez-vous perso, d’aller chez le dentiste en plein milieu de la journée par exemple. Finalement je passe plus de temps avec mon compagnon et mon fils que quand j’étais salariée car je n’ai plus les mêmes temps de transports. Je trouve un meilleur équilibre en étant entrepreneur que quand j’étais salariée. Interview de Nolwen de HELLO NOBO par Minabulle © emma pellet
  •  Si tu te lançais aujourd’hui, quelles sont les erreurs que tu ne ferais plus ? Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à celles qui n’osent pas se lancer ?
Je pense que les erreurs nous apprennent beaucoup de choses, donc c’est plutôt bien de rencontrer des obstacles et de se tromper. Mais je dirais que ma principale erreur a été d’avoir eu très peur de me lancer complètement et de quitter mon CDI. Ça me bouffait, j’ai failli renoncer à ce projet. Heureusement, je me suis fait accompagner par Anouk de Talented Girls. Ce coaching m’a vraiment donné confiance, ça m’a permis d’avancer sur beaucoup de choses, de dépasser beaucoup de blocages.  C’est donc le conseil que je donnerais : n’hésitez pas à vous faire accompagner pour trouver votre voie, avoir confiance en votre projet et passer à l’action. Suivez des formations, on a tellement de casquettes en tant qu’entrepreneur qu’il faut forcément apprendre. Je suis tout le temps des formations, quand j’en fini une j’en rachète une autre, et j’ai toujours trouvé que ça valait l’investissement en temps et en argent, ça m’a toujours permis de développer encore plus mon activité.

Je conseillerais aussi d’avoir une vision de ce qu’on veut pour sa vie :

– en terme de planning : nous sommes beaucoup de mamans à se lancer dans cette aventure de l’entreprenariat par envie, par challenge, mais aussi pour passer du temps avec ses enfants. Et finalement, on se fait submerger par toutes les tâches à accomplir. Je pense qu’il faut savoir poser des limites, s’imposer des créneaux où on ne travaille pas et où on passe du temps de qualité avec ses enfants, si c’est ce que l’on souhaite bien sûr ! Je pense que c’est possible en s’organisant bien, en automatisant certaines choses, en arrêtant d’en faire d’autres qui finalement prennent du temps pour peu de retombées… Faire le bilan chaque mois permet de se recentrer sur ce qui est important et de trouver des solutions pour continuer de développer son entreprise tout en ayant du temps pour soi et les siens. – et de revenu : Je vois beaucoup de femmes se lancer par passion, notamment dans la création, en fixant des prix bas sans penser à toutes les charges. Au final, il ne leur reste rien pour vivre, donc leur entreprise est vouée à l’échec. Je pense qu’il faut avoir le courage de regarder ses chiffres, et de changer sa façon de faire (augmenter ses prix, ajouter un service/produit plus rémunérateur, etc.) pour faire perdurer son entreprise. Interview de Nolwen de HELLO NOBO par Minabulle © emma pellet
  • T’arrives-t’il de douter? De toi-même, de ton travail… Qu’est-ce qui te remotive ?
Oh oui, tout le temps ! J’ai toujours la boule au ventre quand je reçois le premier retour de mes clientes sur les premières propositions de logo : est-ce que ça lui plait ? Est-ce que ça correspond à ce qu’elle voulait pour sa marque ? Heureusement, 95% du temps je tombe juste donc ça me rassure toujours. Et sinon, ce n’est pas grave, on en rediscute et je recommence. J’ai aussi 1000 idées par jour, je m’emballe pour chacune, je n’arrive pas à choisir, et finalement je ne passe pas à l’action. Là ma confiance en prend un coup, je culpabilise… Je me remotive en me disant chaque chose en son temps, j’en fais déjà beaucoup, et je préfère prendre le temps et apprécier le cheminement plutôt que de tout faire mais de ne plus voir ma famille ou de faire un burn-out !
  • À ton avis, quelles qualités sont nécessaires, en tant que femme, pour se lancer dans l’entreprenariat ?
Être passionnée, travailleuse, mais savoir ralentir si nécessaire pour se ressourcer. Avoir des idées, savoir rebondir et apprendre de ses erreurs. S’entourer d’autres entrepreneurs avec qui échanger.
  • Quelle est la remarque la plus clichée qu’on t’ai faite sur le fait d’être maman et à la tête d’une entreprise ? Est-ce facile aujourd’hui pour une femme, une mère d’entreprendre? À ton avis, y a-t-il encore une image négative des mamans qui font le choix d’entreprendre ?
J’ai la chance de ne pas avoir encore entendu de remarque clichée ou négative. Mon entourage est au contraire d’un grand soutien et croit en moi. J’ai bien une petite anecdote : quand j’étais salariée, j’ai demandé à réduire mon temps de travail à 32h pour avoir une journée par semaine à consacrer à mon entreprise. J’ai bien spécifié à mon employeur, qui était au courant que j’avais une micro-entreprise, que c’était pour développer mon activité car je voulais être transparente. Mais en recevant mon avenant au contrat, il était noté comme motif : congé parental. Je pense qu’il n’y aurait pas eu de confusion si j’avais été un jeune papa…  Interview de Nolwen de HELLO NOBO par Minabulle © emma pellet
  • Es-tu sensible à la mode, pour toi, pour ton/tes enfant/s ? Comment consommes-tu en matière de mode ?
Je suis sensible aux belles choses en général, je trouve que s’entourer d’objets et de vêtements qui nous touchent amène du positif et du réconfort dans nos journées. Se sentir bien dans ses vêtements permet aussi d’avoir plus confiance en soi et donc d’aller plus loin, notamment en tant qu’entrepreneur : même en travaillant de la maison, on est plus efficace si on s’apprête que si on reste en pyjama toute la journée !  Par contre je ne suis pas du tout les tendances en mode, ça ne me correspond pas, je préfère acheter des pièces qui me parlent même si je ne suis pas à la mode. Et j’aime avoir une garde-robe assez minimaliste, je n’aime pas que ma commode déborde, donc je n’achète pas sur un coup de tête en suivant les dernières pubs ou promos, en général j’achète quand j’ai besoin, parce que je dois changer des vêtements trop usés par exemple.  Je consacre un mini budget aux vêtements. Pour mon fils, je récupère auprès de copines et j’achète uniquement du seconde main en vide grenier. J’avoue que je bave devant tes vêtements et ceux d’autres marques éthiques, mais je n’ai pas encore franchi le pas de mettre autant d’argent dans des vêtements, tout simplement parce que je craque plus facilement pour des bouquins, des formations ou des investissements pour mon entreprise. C’est un choix, mais j’aimerais petit à petit acheter quelques pièces de bonne qualité qui dureront longtemps, comme tes robes pour femme, et ainsi éliminer 80% de ma garde-robe qui ne me plait plus (et pourtant elle n’est pas très fournie, il est temps que je consacre un peu plus d’argent à mes vêtements !). Interview de Nolwen de HELLO NOBO par Minabulle © emma pellet
  • Qu’est-ce qui t’inspire pour ton travail?
Beaucoup de choses m’inspirent. Par exemple, il y a 2 semaines j’ai visité l’aquarium de La Rochelle en famille, je suis repartie avec des idées d’illustrations… J’étais en vacances, je ne cherchais pas du tout l’inspiration, mais ça vient tout seul dans le quotidien. J’aime beaucoup traîner sur Instagram et Pinterest aussi, mais le piège est de répliquer inconsciemment ce qu’on y a vu. Me balader et aller voir des expos, même si je ne le fais pas assez souvent à mon goût. Avec mes clients, je me base sur ce qu’ils me racontent, leurs valeurs, l’histoire de leur marque, l’univers qu’ils veulent transmettre… C’est cette analyse qui m’inspire le plus pour créer leur identité de marque. En teinture végétale, c’est l’heureux hasard des couleurs qui m’inspire. Même si on peut obtenir des nuances très précises avec l’expérience, j’aime plutôt me laisser surprendre par les plantes et imaginer ensuite ce que je pourrai créer avec ces teintes.
  • Et enfin, donne nous ton dernier coup de coeur provoqué par une femme: une artiste, une écrivaine, une réalisatrice… La dernière femme qui t’a inspirée?
J’ai un gros coup de coeur pour la sensibilité des photos de Maeva Allio et l’histoire qu’elles racontent. J’aime aussi le fait qu’elle se soit spécialisé dans la photo de créatrices et de femmes entrepreneurs, ce qui la démarque. J’apprécie enfin ses stories instagram, où elle partage des citations et des recommandations de lectures. Grâce à elle, je lis en ce moment « la puissance du féminin » de Camille Sfez, une vraie découverte, là encore une femme inspirante qui m’ouvre un nouveau champ des possibles. Je retrouve cette sensibilité qui me touche dans ta marque. Tes vêtements comme tes shooting renvoient un sentiment de douceur mais à la fois de force, car tu as un univers marqué bien reconnaissable. J’aime beaucoup la manière dont tu communiques également, tes petits billets d’humeurs, je trouve cela très inspirant. Merci beaucoup de m’avoir donné la parole sur ton joli blog !

Interview de Nolwen de HELLO NOBO par Minabulle © emma pelletCrédit photos : Emma Pellet

  Merci beaucoup Nolwen d’avoir répondu à nos questions ! Nous adorons découvrir les différents univers de ces mamans entrepreneuses si inspirantes.

Et vous? N’hésitez pas à poser vos questions en commentaires si vous en avez. A très vite pour une nouvelle interview.

Pour suivre le travail de Nolwen : Site . Instagram . Facebook
Article écrit par L'équipe Minabulle

2 Commentaires sur “Interview *5* Nolwen, graphiste blogueuse

  1. caro says:

    Quelle jolie découverte ! Merci Emilie, et merci Nolwen ! Petit clin d’œil à Maeva, dont j’apprécie aussi énormément l’univers ! 😉

    • Emilie says:

      Merci Caro ! Contente que les interviews plaisent ! Et il ne faut pas hésiter à nous proposer des gens dont vous voudriez une interview ici ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EnglishFrench